Now Reading
Une autre définition du Cloud souverain
0

Une autre définition du Cloud souverain

by Cloud Guru25 juin 2012

 

Benoît Huard, Directeur Commercial chez NAVAHO, livre dans un article du site MITI news (« Le Cloud est mort, vive le Cloud ! ») une nouvelle définition du Cloud Souverain Français. Extraits :

« Le Cloud est mort, vive le Cloud ! » Vers une autre définition du Cloud souverain : le Cloud français pour PME
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2015, le Cloud Computing devrait représenter près de 2,5 milliards d’euros en France[1].
Pourtant, les entreprises restent méfiantes. Si le Cloud promet des économies d’argent et de temps substantielles, il inquiète les sociétés françaises qui jugent à plus de 65% que la sécurité reste le frein majeur à son adoption[2]. Conscient de cet enjeu, le gouvernement a annoncé le « Cloud à la française ». Objectif : en faire le porte-drapeau de notre savoir-faire en la matière, mais aussi et surtout répondre aux inquiétudes des utilisateurs qui voyaient déjà leurs données hébergées sur des sites situés à l’étranger et hors de tout contrôle politique, économique ou juridique.

Pourtant, nos entreprises avaient pris les devants. Le Cloud français sécurisé existe déjà. Nombre d’entreprises et d’administrations y ont déjà recours pour externaliser leurs données et leurs applications. Pourquoi de puissantes entreprises du CAC 40 se réfugient-elles alors dans d’onéreux Cloud privés ?
Parce que, en réalité, les modèles économiques des Cloud privés, hébergés au lieu le plus fiscalement avantageux, et du Cloud ‘souverain’, hébergé en France, sont complémentaires.

Les grands comptes achètent la propriété de leur Cloud. Infrastructure 100% propriétaire, elle n’a pas à s’inquiéter d’un hébergement distant qui pourrait comporter des variables de territorialité, notamment juridiques.
Quelles que soit les raisons techniques et/ou juridiques, la PME de 20 à 200 personnes, quant à elle, n’en a tout simplement pas les moyens. Pourtant, elle partage les mêmes besoins de sécurité que sa grande sœur du CAC 40. C’est ici que le Cloud « à la française » trouve sa raison d’être.

Conscient de la nécessité de protéger les données nationales et de répondre aux attentes des utilisateurs, le gouvernement a ainsi mis en place un système de protection complet. Reposant sur les normes internationales de gestion des données numériques, l’arsenal français a été renforcé par une grande variété de normes, d’agréments et de certifications propres à de nombreux secteurs, quelles que soient leurs exigences (NF Z42-013, Agrément SIAF – Service Inter-ministériel d’Archives de France, HADS – Hébergeur Agréé de Données de Santé, …). (…)

Le Cloud français est aujourd’hui l’un des plus sécurisés du marché. Il répond à la première demande des PME lorsqu’elles font appel à un fournisseur de services Cloud : maîtriser ses données, en tout temps et où qu’elles soient, à un prix raisonnable.
(…)
Au final, l’écosystème du Cloud continue de se construire et chaque type d’entreprise y trouvera son compte. A terme, le marché du Cloud sera donc un marché de valeur pour les entreprises qui souhaitent croître rapidement et rester compétitives. On reconnaîtra aux grandes entreprises et grands fournisseurs d’avoir montré la voie du Cloud de demain. On reconnaîtra aux partenaires français d’avoir su utiliser au mieux les atouts du Cloud, dans un contexte national exigeant en termes de sécurité et de services.
Pour en savoir plus :
> l’article complet de MITI news

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?