Now Reading
Transformation digitale : pas si prioritaire que cela…
0

Transformation digitale : pas si prioritaire que cela…

by Cloud Guru10 octobre 2017

Bpifrance Le Lab est un laboratoire d’idées lancé en mars 2014 pour « faire le pont » entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise.
Ce « laboratoire » a réalisé une étude de grande envergure auprès de 1814 dirigeants de PME et ETI sur leur maturité digitale. Il en ressort que pour 87% d’entre eux la transformation digitale  n’est  pas  une  priorité  stratégique.

Les résultats de l’enquête montrent un certain retard des PME et des ETI, les dirigeants dans le BTP et les Transports étant les moins avancés. Un dirigeant sur cinq considère que le temps de se transformer n’est pas venu. 45 % des dirigeants interrogés n’ont pas de vision de cette transformation de leur entreprise ; 87 % n’en font pas une priorité stratégique. Ils sont 47 % à considérer que l’impact du digital sur leur activité ne sera pas majeur à cinq ans.

Trois catégories de dirigeants face à la transformation digitale

Le rapport identifie 3 catégories de dirigeants : le Sceptique (38 % des répondants), l’Apprenti (52 %) et le Conquérant (10 %). À chacun ses chantiers prioritaires en fonction de sa maturité digitale et de ses besoins.

Les Sceptiques doivent encore être convaincus des impacts de la révolution digitale, tant les freins psychologiques restent forts : 72 % n’ont pas de vision de la transformation digitale pour leur entreprise (contre 29 % et 5 % respectivement chez les Apprentis et les Conquérants).

Pour l’Apprenti, les freins portent sur le coût de la transformation et sur le manque de compétences disponibles (mentionnés respectivement par 31 % et 35 % des Apprentis). Ses efforts sont donc à concentrer sur les ressources financières et humaines.

Quant aux Conquérants, ils rencontrent des freins organisationnels : 39 % d’entre eux considèrent les résistances au changement comme le premier frein à la transformation digitale de leur entreprise.

La data, indicateur prépondérant

L’exploitation des données est un indicateur symptomatique de la situation des PME et PMI. C’est devenu un enjeu fondamental du business. Pourtant, 61 % des dirigeants n’ont pas ou peu mis en place d’outils de collecte et de valorisation des données. De même, ils sont 60 % à ne pas ou peu utiliser les données pour améliorer leurs offres ou la relation client. Ce sont de réels avantages compétitifs inexploités.

L’enquête montre un retard des PME et ETI en France :
plus de 60 % d’entre elles n’exploitent pas ou peu les données liées à la vente ou la relation client. Pourtant, les usages de la donnée sont multiples et sources de très forte création de valeur. En voici trois :

  • Amélioration de l’allocation des ressources et optimisation des processus (gains de productivité, gestion des flux, augmentation des marges…)
  • Amélioration de la qualité des produits et services, voire personnalisation (hyper segmentation de l’offre, customisation…)
  • Analyse prédictive (dans le marketing, la maintenance, la distribution…)

Les 4 principaux freins à la transformation digitale

Ils sont, selon le panel interrogé :

  • La complexité du sujet (citée par 34 % des dirigeants interrogés)
  • Le manque de compétences en interne (cité par 32 % des dirigeants interrogés)
  • Le manque de moyens financiers (cité par 28 % des dirigeants interrogés)
  • Les résistances au changement en interne (citées par 28 % des dirigeants interrogés)

 

Pour en savoir plus sur ce sujet :
> le site de BPI France

Pour nous contacter sur ce sujet :

Vos nom et prénom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre téléphone (facultatif)

Votre entreprise (obligatoire)

Votre demande

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?