Now Reading
SaaS et DaaS* : apporter une nouvelle dimension à vos collaborateurs grâce au « Cloud », mais pas n’importe comment.
0

SaaS et DaaS* : apporter une nouvelle dimension à vos collaborateurs grâce au « Cloud », mais pas n’importe comment.

by Cloud Guru18 octobre 2011

* SaaS = Software As A Service, DaaS= Desktop As A Service

Cet article s’adresse à tous, VARs, Intégrateurs d’infrastructures, Business Partner, SSII, DSI qui souhaitent présenter les avantages des différents modes « Cloud » au travers des offres Software. Il a été rédigé par Patrice Villemagne, responsable de l’offre IBM Lotus Software chez Best’Ware.

Le Cloud Privé, le Cloud Hybride ou le Cloud Public offre des solutions à haute valeur ajoutée avec un ROI important pour l’entreprise. Mais attention le chemin n’est pas sans embûche, il faut calculer les risques.

Le mode Software « On Premise ».

Actuellement la grande majorité des entreprises détiennent leur infrastructure logicielle, en ayant un service informatique en charge de l’ensemble de la gestion du parc. La diversité des logiciels dans l’entreprise impose aux DSI une réflexion concernant la gestion et la maintenance de certains outils pouvant parfaitement être gérés dans un système « Cloud », mais lequel…

Démarrer par le  « Cloud Public », l’approche la plus simple pour faire adopter le mode « Cloud »

Les éditeurs de logiciels dits « consommables » offrent  tous à ce jour leur solution dans le « Cloud Public », Microsoft  (Office 365), IBM (Lotus Live), Oracle, …., chacune de ces solutions permet à l’entreprise de réaliser des économies importantes sur la gestion interne de ses outils devenus aujourd’hui « grand public » :

  • Messagerie
  • Suite bureautique
  • Agendas
  • Gestion de projet
  • Réseau Sociaux Entreprise (RSE)

Le but étant de réduire de manière importante tous les coûts  de maintenance, de gestion des licences, de mise à jour, etc. Le seul poste restant en interne : la gestion de la hotline, même si ces outils offrent de plus en plus de tutoriels permettant d’aider les utilisateurs dans le travail quotidien.

En simplifiant les économies sont  au niveau :

  • Capex [capital expenses]: L’infrastructure achetée et payée par le client disparait car le « cloud Public » fournit cette infrastructure.
  • Opex [opérational expenses] : La maintenance du système est à la charge de l’éditeur.

Le coût pour l’entreprise est simplifié au maximum en fonction de l’usage du service fournit par l’éditeur calculé sur 1 mois, 1 an ou 3 ans selon les contrats. La mise en œuvre est simple et rapide si on part sur des solutions vierges, la récupération d’un existant pouvant être un peu plus complexe, mais les éditeurs fournissent des outils de récupération facilitant cette opération.

Le mode « SaaS » ou « DaaS »  permet de simplifier toute la gestion interne des outils « standards », tout en offrant un niveau de très haute qualité à leur collaborateurs (dernières versions, Mobilité, Accès Web, …).

Exemple de Solution Lotus Live dans le « Cloud Public IBM » : Messagerie-Fichiers-Dashboard-Communautés-Réunions-Conférences…

Tous les collaborateurs de l’entreprise deviennent des utilisateurs de services fournit par l’éditeur. Simple, rapide et efficace. Seul un support en hotline devra être capable de répondre aux questions des utilisateurs (Niveau 1)

 

Le « Cloud Privé » propose des solutions alternatives pour les entreprises réticentes au « Cloud Public » 

 Le « Cloud Privé », ressemble à l’informatique « On Premise » mais en apportant des éléments importants pour les clients qui souhaitent réduire leurs charges informatiques et laisser aux hébergeurs le soin de traiter tout ou partie des outils.

Le « Cloud privé » permet de proposer une solution sans impacter :

  • Les outils de production
  • Sans perturber les utilisateurs
  • Ne nécessite pas de formation spécifique si les outils restent identiques

On garde la même architecture par contre on ne la gère plus. Les avantages sont nombreux.

Dans un Cloud Privé, il faut :

  • acheter son propre matériel et ses propres logiciels, sauf si l’hébergeur fournit des solutions en mode « Application-Specific Licensing (ASL) »
  • adapter son ancienne architecture à l’architecture de l’hébergeur
  • l’administration des infrastructures est payante
  • on ne partage pas les ressources avec d’autres entreprises, la solution est unique et adapté à chaque client

Les avantages :

  • La charge d’administration est gérée par l’hébergeur
  • Les compétences internes ne sont plus indispensables
  • Les coûts d’infrastructure Hardware et Software sont gérés par l’hébergeur (facultatif)
  • Les évolutions d’architecture sont simplifiées
  • La réversibilité est possible à tout moment
  • La personnalisation de l’environnement est parfaitement adaptée

Le « Cloud Privé » est une solution parfaitement adaptée aux entreprises ne souhaitant pas mettre leurs données sensibles dans un « Cloud Public » encore un peu nébuleux. Les hébergeurs offrent de plus en plus de solutions complètes et parfaitement sécurisées pour permettre de franchir une première étape sur la délocalisation des services et réduire de fait certaines charges. On déplace les charges vers un tiers qui prendra cette mission réduisant de fait les coûts d’évolution et de formation des équipes internes.

Le « Cloud privé » est une étape naturelle ne remettant aucunement en cause l’architecture actuelle, mais elle a un coût non négligeable, mais c’est une très bonne passerelle avant de se lancer dans le « Cloud Public ». Cela permettra de faire disparaître certaines craintes.

 

Et le SaaS/Daas « Cloud Hybride » dans tout cela ….

C’est l’étape ultime, mixer des infrastructures « On Premise » et « Cloud Public » de manière à les faire communiquer.

C’est la solution la plus aboutie, mais aussi la plus complexe à mettre en place, car elle nécessite des analyses poussées pour garantir la sécurité des données qui transitent entre l’interne et l’externe.

Conserver une partie des bases applicatives sensibles et accéder à d’autres dans le « Cloud public ».

Gérer des postes de travail interne et d’autres en Cloud (ce que l’on appelle DaaS-Desktop As A Service). Cette technologie plus aboutie sera l’étape suivante de toute infrastructure ayant commencé à utiliser les services du « Cloud Public » ou « Cloud Privé »

Exemple d’architecture Lotus Live et Client Notes en mode hybride

Une autre approche peut consister à commencer à se familiariser avec  le « Cloud » avec un service SaaS/DaaS Public…

Le fait d’exploiter un service de Cloud Saas/Daas Public tel que Lotus Live (https://www.lotuslive.com/fr/)  permet de bénéficier des avantages bien connus du Cloud tels que:

  • Simplicité de mise en œuvre de la solution Saas/Daas
  • Paiement à l’usage (mensuel, annuelle, volume, …)
  • On ne s’occupe pas de l’infrastructure, toute l’architecture est déjà prête à l’emploi
  • On dispose toujours des dernières versions
  • On utilise de nouvelles fonctionnalités souvent attendues par les utilisateurs
  • On dispose d’un accès interne, mais surtout externe sans se préoccuper des niveaux de sécurité garantie par l’éditeur.

L’approche du « Cloud » par les outils Saas/Daas Public par l’intermédiaire d’outils « standards » comme messagerie, web conférence, partage de fichier permet à l’entreprise de se familiariser avec cette nouvelle approche et rassurer les utilisateurs en apportant de nouvelles fonctionnalités et une facilité d’utilisation de ces outils.

On peut donc capitaliser ce qu’on apprend en utilisant du SaaS ou du DaaS Public pour :

  • Faire évoluer d’autres modules de l’entreprise vers cette solution « Cloud Public »
  • Regarder vers les hébergeurs ou « Cloud privée » si certaines applications ne pourrait pas être éligibles et nous permettre de réduire nos coûts et charges de manière considérable
  • Pour les applications trop complexes, mettre en place des solutions « hybrides » permettant de tirer profit de l’ensemble de notre infrastructure

Le « Cloud Public », permet de se familiariser avec cet univers, en tirant profit de ces avantages :

  • Réduction des coûts d’usage
  • ROI immédiat
  • Fonctionnalités avancées
  • Coûts de formation réduits
  • Utilisation simplifié et modulaire
  • Des tutoriels de formation générique

Exemple de tutoriel : https://apps.lotuslive.com/mml/fr/engage/courses/course4/course.html

Tous les modes apportent des avantages et des inconvénients :

Naturellement le passage de »On Premise » vers « Cloud privé » est rassurant car on ne modifie rien concernant l’architecture pour les utilisateurs, on délocalise simplement l’infrastructure.

Le passage de « On Premise » vers le « Cloud Public » permet de se familiariser avec les principes du « Service consommable » et de prendre confiance dans les offres « publics ». On commence à se projeter sur les autres services de l’entreprise que l’on pourrait utiliser par ces outils.

Le mode « Cloud Hybride » reste le plus complexe à mettre en œuvre, mais reste incontournable pour garantir la sécurité de certaines données

Tous ces modèles sont importants, tout dépendra de la sensibilité, de l’expérience de chaque entreprise pour adapter le bon choix en fonction des besoins, obligations, craintes, réticences et autres. Il n’y a pas de choix à privilégier, tout est une question d’expérience et de volonté, le passage au « Cloud » est une piste importante pour l’avenir du Software, surtout pour des outils dits de « grande consommation ».


Patrice Villemagne, né le 28 Août 1967, responsable de l’offre IBM Lotus Software chez Bestware depuis 1 an. 2 années au sein de la SSII-ASI Informatique et 15 ans chez Azlan, également grossiste IBM.L’expérience acquise depuis plus de 20 ans dans les architectures Lotus Software (certifié sur les brands Lotus, Information Management, Cognos,  Webphere) me permet d’analyser, anticiper et apporter toute mon expérience à nos Business Partner et leurs clients.

Ayant une expérience en tant que CLI (Instructeur certifié) au niveau mondial (Membre du CLI Council plusieurs années), ayant participé à plus de 10 Lotusphere à Orlando, je peux décortiquer et définir la stratégie IBM Software pour les prochaines années. Le choix du « Social Business »  représente une nouvelle façon de travailler ensemble grâce à de nouveaux outils collaboratifs puissants et innovants. De véritables changements pour les années à venir.

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?