Now Reading
Rapide historique du cloud computing
0

Rapide historique du cloud computing

by Cloud Guru30 septembre 2014

La première question qui se pose lorsque l’on introduit une nouvelle technologie est : “A quel moment a-t-elle été inventée ?” D’autres questions telles que “Quand a-t-on commencé à en parler ?” et “Quelles sont les perspectives pour l’avenir ?” sont également courantes.

Lorsque nous pensons au cloud computing, nous pensons à des situations, des produits et des idées qui sont nés au 21e siècle. Ce n’est pourtant pas l’exacte vérité. Les concepts de cloud existent depuis de nombreuses années. Faisons un petit retour en arrière.

Il s’agit d’une évolution progressive qui a démarré dans les années 50, avec le mainframe.

De nombreux utilisateurs pouvaient accéder à un ordinateur central par des terminaux passifs dont la fonction était uniquement de donner un accès au mainframe. Etant donnés les coûts que représentaient l’achat et la maintenance des ordinateurs, il n’était pas pratique pour les organisations d’en acheter un pour chaque employé. Qui plus est, l’utilisateur classique n’avais pas besoin (à l’époque) de la grande capacité de stockage ni de la puissance traitement que proposait le mainframe. Donner un accès partagé à une ressource unique a été la solution qui a permis de rendre économiquement viable cet élément de technologie si sophistiqué.

histoire_du_cloud

Au bout d’un certain temps, autour de 1970, le concept de machine virtuelle (VM) a été créé.

Grâce à des logiciels de virtualisation tels que VMware, il est devenu possible d’exécuter un ou plusieurs systèmes d’exploitation de manière simultanée dans un environnement isolé. Des ordinateurs complets (virtuels) pouvaient être exécutés à l’intérieur d’un matériel physique qui à son tour pouvait fonctionner sur un système d’exploitation complètement différent.

Le système d’exploitation VM a porté le mainframe à l’accès partagé des années 1950 à un niveau supérieur, permettant à plusieurs environnements informatiques distincts de résider sur un même environnement physique. La virtualisation est venue en soutien à la technologie et a été un élément catalyseur de l’évolution de la communication et de l’information.

Dans les années 1990, les compagnies de télécommunication ont commencé à proposer des connexions de réseau privé virtualisé.

Historiquement, les compagnies de télécommunications n’offraient que des connexions uniques de données point à point dédiées. Les connexions de réseau privé virtualisé nouvellement proposées présentaient la même qualité de service que leurs services dédiés à un coût réduit. Au lieu de construire une infrastructure physique permettant à plusieurs utilisateurs de disposer de leurs propres connexions, les compagnies de télécommunication ont alors pu offrir à leurs utilisateurs un accès partagé à la même infrastructure physique.

La liste suivante explique rapidement l’évolution du cloud computing :

• Informatique distribuée : résoudre les gros problèmes avec de l’informatique en parallèle
• Informatique à la demande : proposer des ressources informatiques comme un service mesuré
• SaaS : abonnements à des applications basés sur un réseau
• Cloud computing : accès à tout moment et depuis n’importe où à des ressources informatiques distribuées dynamiquement sous la forme de services

Maintenant, parlons un peu de la situation actuelle.

SoftLayer est un des plus gros fournisseurs mondiaux d’infrastructure de cloud computing.

IBM possède déjà des plateformes dans son portefeuille comprenant des solutions de cloud privé, public et hybride. L’achat de SoftLayer garantit une infrastructure sous forme de services (IaaS) encore plus complète. Tandis que de nombreuses entreprises cherchent à maintenir certaines applications dans des centres de données, de nombreuses autres les déplacent vers des clouds publics.

Même maintenant, l’achat d’un bare metal peut être modélisé dans un cloud commercial (par exemple, facturation à l’utilisation ou, en d’autre termes, facturation du serveur physique à l’heure). En conséquence, une demande serveur bare metal avec toutes les ressources nécessaires, peut être livrée en quelques heures.

Enfin, l’histoire ne s’arrête pas là. L’évolution du cloud computing ne fait que commencer. Que pensez-vous que nous réserve l’avenir du cloud computing ? Apportez vos commentaires ci-dessous ou contactez-moi sur Twitter @maxdneto.

Maximilliano Destefani Neto
Max a intégré IBM en 2007, pour travailler dans l’équipe Enterprise Automation qui développe des scripts d’automatisation et met en oeuvre des solutions de suivi Tivoli. Cela fait maintenant 3 ans que Max travaille avec la technologie du cloud. Il est un spécialiste du cloud informatique, en particulier des outils de provisionnement sur SCE+ GTS. Il a reçu les certifications Architecte d’infrastructure IBM Cloud Computing, TSAM 7.2 , Tivoli Monitoring 6 , Netcool etITIL. Contactez-le sur : @maxdneto

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?