Now Reading
Penser au-delà de la boîte !
0

Penser au-delà de la boîte !

by Cloud Guru21 mars 2013

PureSystems pour les fournisseurs de service.

outside-the-boxDepuis que j’ai démarré ma carrière (il y a quelques décades…), j’ai souvent entendu mes collègues plus âgés et plus sages me dire : «  Pierre, n’oublie jamais de penser hors des sentiers battus, de penser au-delà de la boîte » (Désormais, de plus en plus, c’est moi, le vieux sage…).  Dans ma vie, dans mon travail, j’ai toujours essayé d’appliquer au mieux ce conseil. Mais ces temps ci, je l’applique même au 1er degré, dans mon rôle d’architecte : « Pierre,  pense au delà du serveur ! Pense au-delà du stockage également ! Et n’oublie pas le réseau surtout ! ».

Il y a quelques semaines au bureau, des collègues débattaient intensément de la meilleure façon de gagner une vente de serveurs chez un de nos clients. Qui a les meilleures options ? Qui a le meilleur prix ? Qui a la meilleure relation avec ce client ?

Connaissant ce client, et ayant discuté de ce projet à un niveau supérieur, je savais qu’une des options était tout simplement d’acheter des cycles de processeurs chez un fournisseur de services au lieu d’acheter des boîtes. Bien que mes collègues aient entendu parler de cette option, ils ont négligé l’information, leur réflexion n’ayant jamais considéré autre chose qu’une… boîte.

Il était une fois un fournisseur de service…

Que s’est-il passé ? Et bien, un fournisseur de services a proposé des cycles processeurs prêts à être consommé, à un prix imbattable et avec une incroyable souplesse de livraison, tout en garantissant tout risque de fuites de données.

outside-the-box-2

Le jour même ou le client a signé l’affaire avec ce fournisseur de service (ou MSP en anglais pour Managed Service Provider),  il a commencé à consommer des cycles CPU et à installer des « appliances » virtuelles. Et pas juste des « appliances » virtuelles sur Windows mais aussi d’autres sur UNIX-.AIX ! Il a même pu voir l’évolution de sa prochaine facture mensuelle ! Et c’est quand même mieux lorsque l’on voit un prix en centimes et pas en millions!  (Bon, les clients ne sont pas naïfs, ils savent bien que les ruisseaux font les rivières).

Cette histoire illustre une des tendances majeures déjà identifiée, par exemple, par les analystes: bientôt, plus des 2/3 des serveurs seront vendus à des MSPs plutôt qu’à des clients finaux. Ces clients vont au contraire consommer, venant des MSPs,  des services tels que « Infrastructure as a Service » (IaaS) ou « Plateform as a Service » (PaaS) ou encore « Software as a Service » (SaaS).

Le secret du fournisseur de service…

Mais quel est le secret de notre MSP pour avoir une telle offre IaaS ?
Regardons d’abord l’aspect « business ». Idéalement un MSP ne veut payer une tranche d’infrastructure à ses fournisseurs,  que quand celle-ci a été revendue ou louée… avec un profit. Donc pour un MSP, il est capital de « payer en fonction de sa croissance », de manière à protéger sa trésorerie (c’est le Pay as you Grow).

Ensuite, les tâches opérationnelles liées à la livraison d’un service doivent être simples et peu couteuses à exécuter. Vous voulez des exemples de tâches opérationnelles ? Créer un nouveau client en est une. Suivre les alarmes matérielles en est une autre. Ajouter des ressources de stockage ou de calcul en est une autre, tout comme la mise à jour des firmwares.  Je connais un très grand MSP dont les équipes ont répertorié quelques 6000 tâches différentes. Elles sont quotidiennement réalisées par plusieurs dizaines de milliers d’employés. Donc, si vous avez des outils performants, vous pouvez améliorer voire supprimer nombre de ces tâches et c’est là un de soucis majeurs des MSPs.

Mais même si vous payez « en fonction de votre croissance », même si vous avez des outils très efficaces, vous devez faire des choix technologiques judicieux pour chaque couche de votre infrastructure.  Par couche, j’entends, le stockage, le LAN, le SAN,  les serveurs, la virtualisation, les outils de gestion, le système d’exploitation, les logiciels et autres progiciels.

Prenons un exemple. Pour un MSP (mais aussi pour tout client d’ailleurs), la virtualisation est un contributeur important au coût total et choisir un hyperviseur opensource tel que « kernel-based virtual machine » (KVM) peut-être un choix très valide dans bien des situations. S’il faut un niveau de service élevé (SLA), le choix de UNIX-AIX sera certainement le bon et cela impliquera le recours à la technologie de virtualisation PowerVM. Mais malgré tous ces choix, il est vital, au sens littéral, de maintenir les couts opérationnels les plus bas possibles et donc de faire en sorte que les outils masquent les choix technologiques.

Tous ces attributs que nous venons de voir sous-tendent l’architecture PureSystems.  Avec PureSystems, un MSP peut bénéficier de :

  • Pay as you grow : je ne paie une tranche d’infrastructure que lorsque je l’ai revendu.
  • L’Optimisation de la tranche d’infrastructure en fonction du client : pour chaque client, faire le meilleur compromis coût / fonctionnalités pour chaque couche d’infrastructure.
  • Opérer chaque tranche d’infrastructure le plus efficacement possible : gérer et opérer les différentes tranches avec des outils communs masquant les choix technologiques sous-jacents.

Tout ceci fait de PureSystems une solution idéale pour les MSPs.

J’espère que cet article vous sera utile et je suis impatient de lire vos commentaires et vos questions ! Merci d’avance.

Pierre Perdaems
Pierre Perdaems est le leader technique du Centre de Compétence Européen IBM dédié aux fournisseurs de services en infogérance (Managed Service Providers). Son métier d’architecte IT au niveau européen lui offre une vue unique sur l’évolution de l’industrie informatique.

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?