Now Reading
Mieux héberger les applications SaaS – 1
0

Mieux héberger les applications SaaS – 1

by Cloud Guru29 octobre 2013

Que vous soyez déjà client d’offres SaaS ou que vous soyez en cours de réflexion pour migrer une ou plusieurs des applications de votre système d’information vers des équivalents SaaS, vous devez vous demander ce qui se cache derrière les différentes solutions proposées par les  éditeurs présents sur le marché.

Le mode d’hébergement et la localisation des données est en effet un point majeur, souvent évoqué discrètement par les professionnels du secteur et abordé de manière hésitante par les futurs clients en phase de prospection. Encore faut-il que ces sujets puissent être abordés lors d’un échange avec de réels interlocuteurs, la phase commerciale du SaaS pouvant se résumer à un site Web alléchant et une contractualisation via des cases à cocher dans des formulaires Web et un paiement par carte bancaire sur un portail de paiement en ligne…

Essayons de décrypter les différents modes d’hébergement et de mise en œuvre des applications destinées à se consommer sous forme de service.

article_1_saas

1. Les différents modes d’hébergement du SaaS

1.1 Vous avez dit Cloud ?

L’hébergement Cloud signifie louer des ressources informatiques sous forme d’un abonnement mensuel. Ces ressources physiques peuvent être une toute petite partie d’un ensemble de « très gros serveurs » bien réels eux, mais dont nous n’aurons jamais à nous soucier. Le prestataire proposant ces services met souvent à disposition un site Web d’administration (souvent appelé console) depuis lequel on choisit le nombre d’instance, le nombre de processeurs, la taille de la mémoire, avec la possibilité d’ajouter des services autour, de la répartition de charge par exemple, etc. Par la suite, on peut simplement venir augmenter ou diminuer le nombre de processeurs et la mémoire en fonction des besoins réels. Il est même possible d’opter pour des options d’augmentation automatique des ressources en cas de forte demande imprévue.

On parle alors d’IaaS ou de PaaS dans ce cas.

L’IaaS pour « Infrastructure as a Service » revient à disposer de serveurs sur lesquels l’éditeur SaaS installe les composants techniques de son application.

Le PaaS quant à lui, correspond à la location de services précis, par exemple la répartition de charge, le stockage de fichiers ou l’utilisation d’une base de données.

Tout cela est bien sûr combinable à volonté pour que les éditeurs SaaS mettent en place leur infrastructure applicative prête à accueillir les clients finaux.

Les avantages sont évidents, on ne se soucie plus de la gestion de machines, tout est géré sans avoir à y penser.

L’inconvénient majeur est le tarif qui devient une charge très élevée pour l’éditeur SaaS.

Deux risques sont à mettre en avant :

  • La perte de la maîtrise technique de l’infrastructure qui fait fonctionner les applications : cela peut s’assimiler à une boîte noire.
  • La forte adhérence à la plateforme Cloud utilisée. Les fournisseurs de solutions Cloud proposent des fonctionnalités destinées à simplifier la mise en œuvre des applications pour notamment lier l’éditeur à la plateforme. Si demain le fournisseur de solution Cloud baisse sa qualité de service ou modifie son offre, l’éditeur SaaS aura beaucoup de mal à s’en détacher et les clients finaux pourront en subir les conséquences.

1.2 Cloud dédié ou Dedicated Cloud

Le problème principal des solutions Cloud est l’aspect mutualisé : les ressources sont souvent partagées entre tous les clients ce qui peut provoquer une perte de maîtrise des ressources réellement disponibles pour l’application SaaS. Est-ce que les voisins ne consomment pas toutes les ressources ? Comment en être certain malgré les promesses de l’hébergeur qui nous assure que cela n’a pas d’impact ? Comment aborder les problèmes de performance ? Comment savoir ce qui se passe réellement derrière nos services Cloud ?

Pour lever les doutes, les fournisseurs de Cloud proposent des offres dites dédiées, appelées souvent Dedicated Cloud.
Avec le Dedicated Cloud, vous louez un serveur qui vous est dédié, et vous le segmentez en plusieurs petits serveurs qui vont faire fonctionner les applications SaaS destinées aux clients finaux. Vous ne vous souciez toujours pas du serveur physique, c’est toujours une boîte noire, mais c’est votre boîte noire et vous en faites ce que vous voulez.

C’est une sorte de solution hybride car vous gérez vos serveurs comme dans le Cloud mais sur un espace qui vous est réservé : pas de mauvaise surprise au niveau des performances.

Cette solution est sûrement la meilleure mais la plus onéreuse pour l’éditeur SaaS.

1.3 Serveurs dédiés

Une autre alternative consiste à louer ou acquérir ses propres serveurs et à mettre en œuvre une infrastructure technique pensée et montée de toute pièce.

Cette solution est techniquement complexe et nécessite de fortes compétences internes ou un accompagnement sous forme de conseil externe.

Aujourd’hui louer des serveurs dédiés est une opération très rapide ; tout se fait depuis Internet. La maîtrise technique est totale et prouve la capacité de l’éditeur à maîtriser son application.

Les services disponibles permettent de mettre en œuvre des solutions SaaS complètes : sauvegardes, réseau privé entre tous les serveurs pour garantir la sécurité, hébergement sur plusieurs Datacenter pour prévenir les risques géographiques.

De plus, changer de serveur pour monter en gamme est très simple, il suffit de prendre un nouveau serveur, basculer les applications dessus et rendre l’ancien serveur.

Cette solution est le gage de la maîtrise technique par l’éditeur SaaS de la solution qu’il met en œuvre, il est maître à bord, sait où il va et dispose des compétences nécessaires pour exploiter au mieux les applications qu’il vend.

Le coût plus faible de cette solution est assurément un avantage par rapport aux solutions Cloud.

[Suite et fin de cet article la semaine prochaine]

Nicolas Saillet
Directeur associé chez Veryswing (éditeur de VSActivity), expert dans les infrastructure techniques orientées Cloud et SaaS, Nicolas a été associé au sein de plusieurs cabinets de conseil IT. Son expérience dans le monde des services IT et sa connaissance des environnements techniques l’ont naturellement amenés à se tourner vers l’édition de logiciels délivrés en mode SaaS.

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?