Now Reading
Les industries françaises du numérique en 2020
0

Les industries françaises du numérique en 2020

by Cloud Guru20 janvier 2015

En Juin 2009, l’équipe prospective G9+ avait publié un premier Livre Blanc « 11 idées du G9+ pour la France : Quel avenir pour les grandes industries TIC à l’horizon 2015 », qui s’est avéré avec le recul remarquablement pertinent et résilient. Cinq ans plus tard, à partir de 4 conférences de haut niveau, le cycle prospective publie ce présent Livre Blanc « 2020 : où vont les industries françaises du Numérique ».

Extraits :

« La classification traditionnelle des acteurs du numérique, en quatre modèles : matériels, logiciels, services et opérateurs, est en train de voler en éclats.

Les géants de l’Internet en sont l’illustration. Essayez donc de mettre Apple, Google, Microsoft, IBM et consorts dans une seule de ces cases.

Et bien sûr, tout le monde veut imiter ces locomotives. Mais attention à la casse ! Qui s’endort sur ses acquis est condamné. La seule certitude c’est le changement. L‘innovation et la transformation sont les moteurs du développement. Il ne suffit pas d’avoir été une valeur sûre pour être certain de le rester.

La concurrence est mondiale, les acteurs de chaque région doivent s’adapter pour ne pas disparaître du paysage numérique, et pour avoir d’autres ambitions que la simple survie. L’Europe et la France sont face à ces défis.

Or l’industrie numérique prend une part croissante par rapport aux autres industries. Mais peut-on encore parler d’industrie française du numérique ? Continuera-t-il à y avoir un territoire français du numérique ? La synergie géographique et culturelle aura-t-elle encore un sens en 2020 ?

Où en seront alors les Capgemini, Atos, Steria, Orange ou Alcatel-Lucent, Dassault Systèmes ? Free restera-t-il un phénomène franco-français ? Les ESN de taille moyenne, point fort de l’industrie française de ces dernières décennies, subsisteront-elles ? Les nouvelles pépites françaises du logiciel sont-elles surcotées ou bien seront-elles nos locomotives des années 2020 ? Criteo, par exemple, s’est introduite en fanfare au Nasdaq huit ans seulement après sa création et s’est imposée comme l’un des leaders du « reciblage publicitaire personnalisé » sur Internet. Certaines start-ups ont déjà trouvé des débouchés (et des acquéreurs !) fructueux, comme Neolane, éditeur d’une solution SaaS de gestion cross-canal, rachetée par Adobe, RunMyProcess par Fujitsu ou encore EntropySoft par Salesforce. (Mais peut-on encore parler de sociétés françaises à leur propos ?) D’autres se sont appuyées sur des partenaires stratégiques pour se développer, comme CaptainDash avec Microsoft et IBM, ou MyREP avec Google. D’autres encore réussissent en se développant très tôt à l’international comme Talend, Emailvsion, OoDrive, BIME (ex WeAreCloud) ou Nuxeo.

Dans les jeux vidéo, qui mêlent les métiers d’éditeur de logiciels et de studio de cinéma, la France est particulièrement créative, avec des poids lourds comme Ubisoft ou Gameloft. Voilà un secteur qui fait de la place aux nouveaux entrants. Avec son jeu Criminal Case, la société française Pretty Simple s’est propulsée dans les tous meilleurs éditeurs d’applications disponibles sur Facebook et emploie plus de 50 salariés.

De nouveaux modèles, donc… Mais sur quoi s’appuient-ils ? […] »

Pour en savoir plus :

> Téléchargez le livre blanc complet

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?