Now Reading
Les défis liés à la mise en œuvre d’un Cloud hybride
0

Les défis liés à la mise en œuvre d’un Cloud hybride

by Cloud Guru7 décembre 2011

Article traduit par Ivan Warren – Ingénieur avant vente logiciels et infrastructures chez Best’Ware. L’article original en Anglais a été rédigé par Stéphane Wacongne – IT Specialist chez IBM France. Vous pouvez retrouver l’original ici 

C’est indéniable : les entreprises s’orientent vers le Cloud ou y réfléchissent. Les choix sont multiples et nombreux sont ceux qui expérimentent encore, recherchant la solution la plus appropriée.

Des questions se posent : Le Cloud s’intégrera t’il correctement avec l’informatique traditionnelle ? Serons-nous en mesure de garder le contrôle des charges de travail, des données et des coûts ? Quels sont les bénéfices à long terme du Cloud ? Voila des questions dont les réponses restent en suspens.

Aujourd’hui, quand vous souhaitez vous orienter vers le Cloud, le champ des possibles est si large qu’il serait plus approprié de parler de « jungle du Cloud » ! De plus, vous opterez sûrement pour une solution différente pour chacune de vos applications. Aussi choisirez-vous par exemple d’héberger votre SAP sur un Cloud publique tel que IBM SmartCloud Enterprise Plus, mais de conserver vos bases de données Big Data chez vous, sur un de vos Cloud privés.

Cela vous semble évident ? Vraiment ? Etes-vous certain de ne pas être déçu à moyen terme ? Ne voudriez-vous pas être en mesure de déplacer votre SAP d’IBM SmartCloud Enterprise Plus vers votre Cloud privé quand bon vous semble ? Et que dire de la possibilité d’ajouter dynamiquement des ressources à SAP en fonction de vos besoins ? Ne voulez-vous pas également être en mesure de suivre ce qui se passe sur tous vos Clouds, afin de pouvoir prendre les bonnes décisions au bon moment ?

C’est justement là qu’intervient la notion de Cloud hybride, l’objectif étant de répondre à la problématique de l’intégration des Clouds publics, de l’informatique traditionnelle et des Clouds privés. Le but ultime est que le Cloud soit un véritable différenciateur sur le long terme.

Des charges de travail dynamiques

Le premier défi pour la mise en œuvre d’un Cloud réellement hybride est d’apporter de la flexibilité. Par flexibilité j’entends deux choses :

–          Flexibilité à l’intérieur du Cloud, à savoir la possibilité de mettre à disposition de nouvelles machines virtuelles quand le besoin survient.

–          Flexibilité entre les Clouds, qui est la possibilité de migrer des charges de travail entre Clouds privés et publics.

Les difficultés ici sont multiples. La plus grande est probablement que les Clouds doivent pouvoir communiquer entre eux de manière standardisée. Par exemple, les interfaces de programmation (API) sont en constante évolution et il existe peu de standards ouverts permettant de déplacer une charge de travail d’un Cloud vers un autre. Même si l’Open Virtualization Format (OVF) est un bon début, ce n’est clairement pas suffisant. Ceci représente le défi technique.

Un système de charges de travail dynamique

Le deuxième défi est de gérer l’ensemble de ces charges de travail hébergées sur une vaste gamme de Clouds publics ou privés ou même sur votre informatique traditionnelle. Le but ici est d’avoir une vue centralisée sur l’ensemble des systèmes informatiques, et ainsi de les contrôler et faciliter la prise de décisions.

Les deux principaux axes de travail sont le contrôle et la gestion :

–          Contrôle au niveau de l’individu qui demande des ressources, déplace une charge de travail ou accède au portail de gestion du fournisseur de Cloud public : Ce contrôle implique qu’il soit possible de suivre l’identité d’un utilisateur au travers de l’ensemble de l’infrastructure en s’appuyant sur des techniques de gestion des identités. Il doit également être possible d’auditer et de contrôler les actions de cet utilisateur au travers de processus supervisés par des workflows d’approbation. A cette fin, l’ensemble des fonctionnalités du Cloud doit être mis à disposition au travers d’un portail d’entreprise. De tels portails arrivent sur le marché. Par exemple, Tivoli Service Automation Manager accompagné de Hybrid Cloud Integrator est maintenant en mesure de fournir un portail permettant la mise à disposition de ressources sur un Cloud privé ou public tel que IBM SmartCloud Enterprise ou Amazon EC2.

–          Contrôle de l’infrastructure en termes de surveillance des performances et contrôle de la conformité : Le défi est de conserver une vue cohérente sur l’ensemble de l’infrastructure et d’assurer que les règles de sécurité mises en place au niveau de l’entreprise sont bien appliquées. Relever ce défi n’est en aucun cas facile car beaucoup de ressources sont maintenant fournies à la demande. Cependant, cela est aussi une nouvelle énorme opportunité. En effet, le Cloud amène souvent une standardisation sur laquelle il est possible de s’appuyer pour propager des bonnes pratiques au travers des systèmes informatiques de l’entreprise.

–          Gestion et optimisation des coûts : Dans ce domaine, la clé du succès est sans aucun doute la possibilité de refacturer les ressources informatiques à ceux qui les utilisent effectivement. Le défi est de rendre chacun financièrement responsable de l’utilisation des services informatiques. Une fois cette première étape franchie, les processus pourront évoluer et intégrer à terme des fonctionnalités comme la génération de rapports sur l’usage fait des ressources. Cet outillage pourra être utilisé pour des opérations d’audit et d’analyse.

Afin d’assurer ce contrôle et cette gestion au sein du système d’information un grand nombre de processus internes devront être revus. C’est pour cette raison que je considère ce défi de gestion comme un enjeu des plus intéressants, non seulement pour la DSI mais pour l’ensemble de l’entreprise.

Un système de charges de travail dynamique bien hébergé

Une fois la gestion du Cloud assurée, choisir parmi ses fournisseurs (internes ou externes) où héberger telle ou telle charge de travail à un moment donné devient possible.

En fonction du coût, des fonctionnalités, des performances et de la sécurité, un choix sera fait. Des outils de rapport et d’analyse efficaces et transversaux devront être mis en place. Ils deviendront la clé pour définir de nouveaux processus de sélection d’hébergement plus efficaces.

Ceci est le défi de l’hébergement.

 

Comme vous pouvez le voir, mettre en œuvre un véritable Cloud hybride est encore un chantier en cours. Bien que l’interopérabilité et les standards ouverts soient des défis techniques essentiels à relever pour les années à venir, nous ne devons jamais perdre de vue les aspects liés à la gestion et l’hébergement des services Cloud.

 

A Propos de Stéphane Wacongne (@steph_wacongne)

IT Specialist chez IBM France, Stéphane travaille depuis 5 ans dans le monde du « middleware ». Son expertise inclu les architectures orientées service et le Cloud. Il a passé trois années à travailler sur des projets autour de WebSphere Application Server et WebSphere Portal Server. Depuis 1 an, il met en place des solutions IBM de Cloud privé pour les clients d’IBM en France.

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?