Now Reading
Le défaut de gouvernance pousse les entreprises vers le Cloud privé
0

Le défaut de gouvernance pousse les entreprises vers le Cloud privé

by Cloud Guru16 juillet 2012

 

Traduction offerte par Best’Ware.  Article original par Phil Wainewright pour Software as Services

Résumé : Les opérateurs et les entreprises doivent faire évoluer leurs stratégies de gouvernance vers le Cloud, est-il expliqué dans un rapport proposant un nouveau cadre de la gouvernance du Cloud.

Quelle que soit mon irritation à l’égard des arguments spécieux souvent avancés en faveur de l’implémentation des Clouds privés, je dois néanmoins admettre qu’il arrive qu’une entreprise n’ait d’autre choix que de se tourner vers le privé, en dépit de facteurs économiques discutables. Simple question de gouvernance. Il est de notoriété publique que les opérateurs de Clouds publics documentent très mal leurs niveaux de services – quand ils les proposent. Rares sont ceux dont l’offre de services est suffisamment granulaire pour que les entreprises aient confiance dans leur contrôle sur la manière et le lieu exacts du traitement et du stockage des données. La grâce économique du Cloud privé est qu’une entreprise au moins peut avoir confiance dans l’implémentation de son propre modèle de gouvernance.
Pour que les entreprises puissent tirer parti de tous les bénéfices métier du Cloud, il faut faire bouger les choses. D’un côté, les opérateurs doivent être conscients des problèmes liés à la gouvernance. De l’autre, les entreprises devront réajuster leurs attentes, en réalisant que le Cloud exige des processus et des systèmes de gouvernance plus nuancés et flexibles. Telle est la conclusion d’un rapport qui vient d’être publié, et dont je suis co-auteur avec Matt Deacon, de inThink. Living With Clouds: Evolving A Governance Framework For Cloud Computing (PDF) documente les résultats de discussions au sein d’un groupe d’architectes IT, un jour de neige en février cette année près d’Oxford (Royaume Uni). Ce travail était financé par Microsoft (voir divulgation), mais Matt et moi-même l’avons ouverte à la discussion publique, car nous pensons que ce cadre représente une base utile à des travaux ultérieurs.
Nous avons déjà discuté ici du point de départ. Comme l’indique le rapport, « les besoins de gouvernance du Cloud sont mal définis et servis par les outils de gouvernance et par les opérateurs qui sont nombreux à servir un marché de volume où peu de clients considèrent que la gouvernance est un problème ».  Mais les torts ne sont pas que du côté des fournisseurs : les entreprises doivent elles aussi réviser leurs processus et leur gouvernance. Le rapport précise que « en général, l’adoption du nuage requiert une reconfiguration des pratiques et des processus de gouvernance, pour s’ajuster à des évolutions distribuées plus fréquentes et plus rapides, et une utilisation plus intensive de l’automation, de l’instrumentation et du contrôle de l’activité ».
Le cadre proposé évalue les besoins de gouvernance de chaque application et contexte métier, pour le comparer aux offres des opérateurs.  « Plutôt que rejeter radicalement le Cloud, les entreprises devraient définir les besoins de gouvernance adaptés à chaque cas, et évaluer si les options Cloud disponibles sont assez matures pour répondre à ces besoins », écrivent les auteurs.

Le cadre propose un schéma de notation de 1 à 5, portant sur sept sujets d’évaluation distincts :
•    Gestion des services
•    Gestion du changement
•    Service à la mobilité
•    Sécurité
•    Protection et souveraineté des données
•    Droit et finances
•    Profil du risque

Si un opérateur a une note supérieure à la moyenne dans chaque catégorie, l’adoption ne posera alors aucun problème. Si tel n’est pas le cas, vous pourriez souhaiter explorer d’autres options, mais il convient de savoir s’adapter. Une situation commerciale sous pression peut justifier un assouplissement des règles de gouvernance, et particulièrement si l’opérateur du Cloud prévoit, dans ses versions à venir, de réévaluer à la hausse les caractéristiques de son offre.  
Le rapport se projette dans l’avenir et note que les entreprises doivent mettre en place une stratégie pour rendre leurs systèmes de gouvernance « prêts pour le Cloud » pour que, si un opérateur mûrit, ils peuvent profiter de ce qui devient disponible sur le marché. « L’objectif ultime sera la gestion d’un environnement intégré et hybride, où les ressources privées et publiques, Cloud et non Cloud puissent coexister ». Le rapport conclut « Il faudra alors une structure de gestion plus automatisée, capable de s’interconnecter avec les opérateurs de services Cloud pour gérer un respect constant des stratégies de gouvernance ».
Blogueur associé ZDNet, Joe McKendrick écrivait il y a quelques jours, la gestion du cloud est une noix difficile à ouvrir. Mais un service informatique n’a plus le choix. Il doit désormais formaliser formuler sa stratégie de gouvernance Cloud.
Que pensez-vous de ce cadre de travail – ou de toute autre approche que vous pourriez recommander ?

A propos de Phil Wainewright
Depuis 1998, Phil Wainewright a été un des bloggeurs, analystes et consultants les plus influents dans le domaine du Cloud.

> l’article original sur le site ZDNet US

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?