Now Reading
Le Cloud est-il écologique ?
0

Le Cloud est-il écologique ?

by Cloud Guru6 mars 2012

Le site « Ecologie.tv » publie un article consacré au Cloud computing, et à la virtualisation.
Il cherche notamment à répondre à la question : « Le Cloud computing est-il plus écologique ?

Quelques extraits :

Les experts de VMware, l’un des leaders mondiaux de la virtualisation, ont révélé que leurs clients économisaient jusqu’à 80% d’énergie électrique grâce à ces deux systèmes. Leurs calculs ont montré que la plus grande partie de nos pc et de nos serveurs ne sont exploités qu’à hauteur de 5 à 15 % ; et ce durant tout le temps où ceux-ci sont sous tension. Il est démontré que les ordinateurs d’architecture x86 consomment entre 60 et 90 % de leur énergie en fonctionnement quand ils sont inactifs. La virtualisation et le cloud permettent une gestion très efficiente des ressources matérielles, de la capacité de traitement et de la mémoire. On aboutit à un usage d’environ 80 % au niveau de chaque serveur.(…)

Vu que chaque KWh d’électricité correspond à un certain niveau d’émission de gaz à effet de serre, il en résulte que cette technologie permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre donc une protection de l’environnement. Cependant, les avantages écologiques de ces deux technologies ne peuvent être perceptibles que si les parcs de serveurs s’approvisionnent en électricité propre. Greenpeace a épinglé en 2010 les différents acteurs de Cloud et les a encouragé à opter pour l’approvisionnement de leur serveurs par des sources renouvelables et en blâmant les autres. (…)

Les avantages les plus évidents de ces deux techniques sont celles liées aux économies d’argent. Les entreprises et les utilisateurs ne se contenteront désormais que de louer des espaces de stockages. Une bonne partie des charges fixes liées au fonctionnement de leurs pc et de leurs serveurs sont économisées. Le fait qu’une seule entreprise soit chargée de gérer les données d’un grand nombre de clients permet à cette dernière d’optimiser ses dépenses, donc de réduire ses tarifs de location. Ces technologies peuvent efficacement contribuer à résorber l’empreinte carbone de la filière informatique qui est appelée à croître sans cesse. Greenpeace a calculé que les parcs de serveurs avaient dégagé 116 tonnes de CO2 contre 407 tonnes pour les pc et leurs périphériques. Ses experts ont également calculé que les émissions liés aux pc allait croître de 57% contre 18% pour les parcs de serveurs d’ici 2020. L’impact négatif de l’informatique risque de croître de façon dramatique si la tendance se maintient. La seule alternative pour renverser la tendance serait une adoption massive du cloud et de la virtualisation en vue de diminuer le nombre de pc.

Pour en savoir plus :

> L’article d’écologie.tv

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?