Now Reading
Le bel avenir du Cloud mobile
0

Le bel avenir du Cloud mobile

by Cloud Guru29 mai 2012

Mohamadou Diallo, dans le magazine Réseau Télécom No 53, explique pourquoi selon lui le cloud mobile va révolutionner notre manière de travailler. Extraits :

(…) le cloud mobile se distingue du SaaS traditionnel. Tout d’abord car l’environnement mobile ne permet pas encore de répondre à l’une des promesses du SaaS, à savoir s’appuyer sur un client léger sur le terminal. Les débits mobiles, aujourd’hui plus faibles que ceux du fixe, la couverture 3G ainsi que les coupures de réseau imposent la plupart du temps des applications installées sur le terminal mobile.
…la composante mobile du cloud offre de nouvelles perspectives et de nouveaux usages qui en font une famille du cloud à part entière. Dans la famille du cloud, le cloud mobile est sans doute promis à un grand avenir, aussi « prometteur que l’utilisation du mail a modifié les comportements au travail », selon les auteurs Erik Campanini et Sylvain Chevallier de BearingPoint. En tant que déclinaison du cloud, il permet d’accéder à des applications en mode « Software As A Service » (SaaS) depuis des terminaux mobiles comme les smartphones ou les tablettes. « Dans les cinq prochaines années, le cloud mobile sera un important relais de croissance sur le marché des télécoms et de l’IT B2B », déclarent les auteurs.

Pour eux, le cloud mobile est appelé à révolutionner les manières de travailler et à transformer les métiers vers plus de mobilité. Les conditions sont réunies pour ce décollage. Il y a d’abord une maturité de l’offre (du mail en mobilité vers d’autres usages à plus forte valeur ajoutée via les ventes de tablettes en constante hausse dans le monde). Mais aussi une maturité des besoins (de la part des forces de vente, des unités d’intervention, des back-offices, etc.), une maturité des acteurs (avec l’amorce de la structuration de l’écosystème comme l’exemple du rachat de Sybase par Sap…). Selon les auteurs, la technologie est aussi arrivée à maturité (débits permettant le data mobile, croissance du cloud fixe avec un marché qui croîtra de +100% en 2015 par rapport à 2011 à 9,9 milliards d’euros). Les auteurs de l’étude font remarquer également qu’il y a une grande maturité des usages, avec près de 65% des possesseurs de smartphones qui utilisent ces services dans un cadre professionnel.
La présentation et le point de vue « Cloud mobile : et si l’entreprise devenait nomade » mettent en avant les convictions des deux experts de BearingPoint en décrivant tout l’écosystème de cette nouvelle technologie, avec les jeux des acteurs sur ce marché naissant, qu’il s’agisse de start-up, d’éditeurs, d’intégrateurs ou d’opérateurs télécoms. « Nous sommes convaincus que le cloud mobile va révolutionner les manières de travailler », expliquent-ils. (…)

Traditionnellement, les directions informatiques investissaient dans les infrastructures lourdes (serveurs, réseaux) et payaient des licences pour utiliser des logiciels. Avec le cloud computing, les dépenses informatiques passent de CAPEX en OPEX, ce qui donne à l’entreprise une lecture directe de ses coûts et soulage en même temps sa trésorerie, car elle n’a plus à débourser de gros montants d’un coup. Autre avantage, avec le cloud computing les entreprises n’ont plus à anticiper et à planifier leurs futurs besoins en informatique. Elles peuvent désormais tester puis déployer une nouvelle configuration informatique, augmentée ou au contraire réduite, en très peu de temps et avec assez peu de perturbations de leur fonctionnement général.
(…)

Depuis cinq ans, on observe des mouvements sur le marché, la plupart des acteurs cherchant à intégrer les différents niveaux et métiers de la chaîne de valeur, font encore remarquer les deux experts.

Pour en savoir plus :
> l’article de TIC et TELECOM

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?