Now Reading
La DSI se transforme grace au Cloud Privé
0

La DSI se transforme grace au Cloud Privé

by Cloud Guru16 octobre 2012

Guy-Michel Pambi, de Logica Business Consulting, livre sur CIO Online son analyse des transformations de la DSI, qui selon lui doit beaucoup au Cloud Privé. Extraits.

Après une décennie de gestation, (…) le cloud computing est désormais engagé dans une irrésistible marche en avant. Parmi les variantes de ce nouveau modèle de mise à disposition des ressources informatiques, le concept de cloud privé suscite un engouement particulier auprès des DSI.

Plusieurs études le confirment, les entreprises, notamment les plus grandes, font de la mise en place d’un cloud privé une priorité (Par exemple, selon Gartner : « Top Five Trends for Private Cloud Computing », Février 2012). Cela contraste avec leur prudence vis-à-vis du cloud public. Cette préférence se comprend aisément.(…) pour nombre d’entreprises, le cloud computing originel, le cloud public, prête le flanc à de trop nombreuses objections, par exemple sur la sécurité et le contrôle des informations sensibles. Il ne peut donc constituer une réponse universelle à leurs besoins. (…) Conçu comme un compromis entre ces deux aspirations en apparence contradictoires, le cloud privé trouve naturellement un espace pour se développer.

Derrière le concept de cloud privé se cachent en réalité plusieurs cas de figure. Il suffit pour s’en rendre compte de croiser les possibilités en matière de localisation (l’infrastructure peut se trouver dans les locaux de l’entreprise ou dans ceux d’un fournisseur de services), et celles en matière de sourcing (l’infrastructure peut être opérée par les équipes de l’entreprise ou confiée à un prestataire). (…) Dans un cloud privé les moyens sont dédiés et les services sont produits pour le bénéfice exclusif d’un donneur d’ordre, qui a toute autorité pour décider de ce qui figure au catalogue. C’est tout le contraire d’un cloud public, où un opérateur propose des services standardisés à partir d’un catalogue conçu par ses soins (…)

La mise en place d’un cloud privé est un exercice complexe et ambitieux, mais parfaitement réalisable à condition de suivre une démarche structurée.
Au cours des dernières années, de nombreuses entreprises ont initié d’ambitieux programmes de rationalisation de leurs infrastructures: standardisation, mutualisation, consolidation et virtualisation. Ces étapes constituent les bases de la construction d’un cloud privé, et présentent en elles-mêmes un intérêt (…)
Cela dit, même lorsqu’une telle rationalisation a été menée, l’essentiel reste à faire. Car l’objectif «cloud privé» ne peut être atteint qu’au bout d’une transformation bien plus complète. On voit trop souvent des infrastructures tout juste consolidées et virtualisées, certes dans les règles de l’art, mais rebaptisées avec un peu trop d’empressement et d’enthousiasme «cloud privé», (…)

Des capacités optimisées

Entre autres, le cloud privé permet de rompre avec la fâcheuse habitude d’associer à chaque nouveau service un nouvel appendice (ou silo) au système d’information. (…)
Dans un cloud privé, tout ce qui peut être mutualisé et réutilisé l’est, les machines comme les services logiciels utiles aux applications. L’infrastructure de l’entreprise forme donc un tout, cohérent, organisé en couches plutôt qu’en silos. A chaque niveau, les ressources sont partagées et allouées dynamiquement aux applications en fonction de leurs besoins. Sans aller jusqu’à la promesse d’une «capacité infinie» comme dans les clouds publics, il est possible de s’en rapprocher considérablement, (…)

Un nouveau positionnement pour la DSI

L’effort de mise en place d’un cloud privé pousse la DSI à industrialiser davantage son fonctionnement et à accélérer son orientation «services», au bénéfice de ses clients.
L’idée de piloter la DSI comme une entité business à part entière, chargée de fournir des services de qualité à un prix compétitif n’est pas nouvelle. Mais elle s’avère le plus souvent difficile à mettre en oeuvre. (…)
Par définition, le cloud privé favorise une plus grande transparence des coûts de production, car il intègre au coeur de son modèle la mesure de l’usage des ressources et le reporting vis vis-à-vis des utilisateurs. D’autre part, parce qu’il impose de rendre compréhensible et accessible l’offre de services, il oblige la DSI à penser intelligemment son interface avec sa clientèle, de la même manière que le ferait un opérateur de cloud public. Il accentue également le besoin de la DSI en collaborateurs exerçant un rôle purement relationnel vis-à-vis des métiers, et appelle un renforcement de ses compétences financières – pour affiner les modèles de calcul des coûts et de refacturation des services. (…)
…en ramenant les «couches basses» du SI à leur juste place, c’est-à-dire celle d’éléments qu’il faut certes maîtriser, mais sur lesquels on doit pouvoir compter sans avoir à s’en préoccuper en permanence, le cloud privé ouvre la possibilité d’un dialogue entre l’IT et les métiers centré sur les services requis, leur contribution aux objectifs de l’entreprise et leur time to market – et non plus englué dans les détails techniques.

Ainsi, à l’occasion de la mise en place d’un cloud privé, peu d’aspects du fonctionnement de la DSI sont épargnés: gouvernance, architecture, modèle de gestion de la demande, modèle économique, ressources humaines, etc. Il faut avant tout y voir une opportunité. (…)

Pour en savoir plus :
> l’article de CIO online

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?