Now Reading
DAF et Cloud : la peur et l’ignorance suscitent des freins inutiles
0

DAF et Cloud : la peur et l’ignorance suscitent des freins inutiles

by Cloud Guru21 avril 2015

Quel est le plus grand frein pour les dirigeants d’entreprise, y compris les cadres de la finance, à l’adoption du Cloud ?

Une peur basée sur l’ignorance.

Une enquête de Saugatuck en décembre sur le Cloud et les finances, sur laquelle sont basés des rapports stratégiques, Strategic Perspectives, inclus des centaines de réponses ouvertes concernant les systèmes et infrastructures actuels ou futurs du secteur financier. Tandis qu’un nombre encourageant de participants au sondage ont indiqué qu’ils sont en mouvement, généralement judicieusement, vers l’utilisation du Cloud, plus de 20 pour cent des répondants expriment encore des préoccupations liées à la sécurité qui les freinent dans l’adoption du Cloud.

Les raisons invoquées sont notamment les suivantes :

« Chaque fois que nos gestionnaires financiers regardent le« nuage », ils voient que l’information est en dehors de notre pare-feu et donc à la merci de n’importe qui. Seules les informations complètement publiques seront stockées hors site ou en dehors du contrôle direct de notre entreprise. »- Un contrôleur, secteur santé

«Nous sommes préoccupés par la sécurité du nuage, ​​et par le fait que des concurrents soient en mesure d’accéder aux informations dans le Cloud. » – un Directeur Financier

«Nous avons peur d’utiliser le Cloud en raisons des possibilités de piratage et de fraude possibles. Jusqu’à ce que cette technologie ait fait ses preuves, nous allons privilégier l’interne. »- VP Finance.

« Sur le plan organisationnel, nous évaluons le transfert vers le Cloud, et nous sommes conscients des économies potentielles, mais elles sont tempérées par le risque persistant d’infractions. » – DSI, secteur santé.

Des avis tels que ceux qui sont exprimés ci-dessus sont à la limite de l’ignorance volontaire. Ils sont basés presque entièrement sur la perception, l’opinion, et la peur de l’inconnu, plutôt que sur des faits et des expériences.

Le « Cloud » est peut-être la technologie la plus parfaite, un aboutissement. Dans le ciel, les nuages ​​ sont constamment en mouvement, impossible à saisir, en constante évolution de forme et de consistance. C’est une métaphore parfaite pour l’informatique en nuage sous toutes ses formes, et son potentiel. Ce manque de certitude crée un sain scepticisme parmi beaucoup d’adoptants potentiels. […]

L’étude Saugatuck indique que la plupart des systèmes de financement de l’entreprise ne sont pas seulement fragmentés et vieillissants : ils ne parviennent pas à soutenir les tâches les plus importantes et les objectifs de l’organisation en matière de Finance.

Les systèmes d’information de la finances sont généralement installés sur du matériel développé il y a plus d’une génération. Le partage des données / intégration se fait souvent via des fichiers de tableur. Les erreurs humaines se multiplient en raison de différences dans les données, formats, interfaces utilisateur, et de la gestion des accès. Et à cause de tout cela, la sécurité tend à être un amalgame de technologies traditionnelles de l’époque des années 1980, et ces pratiques conduisent à des dizaines de milliers de centres de données violés chaque année.

Je ne sais pas comment le dire plus clairement que ceci : les solutions Cloud, les plateformes bien architecturées et bien gérées sont les plus rentables, et les mieux sécurisées […].

À moins que vos systèmes d’informations financiers aient été construits à partir des technologies les plus récentes en matière de sécurité des données, et en admettant qu’elles soient mises à jour pour maintenir et gérer ces capacités, vous ne pouvez pas atteindre l’efficacité, la sécurité, la disponibilité et le coût du Cloud. Même si vous pensez que vous avez les données, l’organisation la plus complexe et unique possible, le Cloud permet et fournit des échelles d’intégration, un contrôle de gestion, et de la sécurité irréalisables autrement.

En d’autres termes, les craintes exprimées par les directeurs financiers sont presque toujours surmontés par le Cloud. […]

Voici un excellent exemple: indépendamment des opinions politiques, presque tout le monde serait d’accord pour dire que la National Security Agency (NSA) a les plus grands volumes et variétés de données sensibles que n’importe qu’elle entreprise. Sans débattre de l’ampleur des aspects juridiques, les dommages et les résultats, nous pouvons tous convenir que les fuites de données Snowden étaient dommageables pour la NSA. La NSA a pourtant récemment annoncé qu’elle déplace l’ensemble de ses données et logiciels d’analyse dans le Cloud – un segment très sécurisé de l’initiative du gouvernement américain Cloud, et pratiquement un Cloud privé, mais toujours liée avec d’autres nuages, et avec des ressources et l’accès partagé par différents organismes. Justifications clés de la NSA pour ce transfert ? l’évolutivité des ressources; la réduction des coûts de gestion des ressources; la sécurité du système, y compris les capacités optimisées et simplifiées pour gérer l’accès aux données, et la disponibilité améliorée.

Il y a de nombreuses raisons légitimes de ne pas déplacer les systèmes et les opérations financières dans le Cloud. Coût de la transition, relations commerciales établies, exigences réglementaires, préférences logicielles, ou même juste pour une question de confort. Et franchement, nous ne prévoyons pas un déplacement de tous les systèmes financiers vers le Cloud dans un avenir proche.

Nous pensons qu’il pourrait se passer facilement cinq à sept ans ou plus avant qu’une majorité des grandes entreprises transfèrent leurs opérations de financement dans le Cloud. […]

La clé du succès, cependant, est de ne pas laisser la peur et l’ignorance nourrir vos hésitations vis à vis du Cloud. Ce serait un mauvais calcul.

Traduction d’un article du blog Saugatuck

Pour en savoir plus :
> l’article original en anglais du blog Saugatuck

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?