Now Reading
Créer des emplois par la transition numérique ?
0

Créer des emplois par la transition numérique ?

by Cloud Guru23 novembre 2015

Terra Nova est un think tank progressiste indépendant. Son but est de produire et de diffuser des idées et des solutions politiques innovantes, en France et en Europe.
Terra Nova publie un rapport de 90 pages, signé Nicolas COLIN, et intitulé « La richesse des nations après la révolution numérique ».
Dans ce rapport, l’auteur évoque notamment en conclusion la rapport entre transition numérique et emploi. Pour le moment, la transition numérique est perçue comme destructrice d’emploi. Qu’en est-il vraiment, et comment changer cette perception ou cet état de fait ? Extraits.
5l’intégralité de ce rapport est téléchargeable sur le site Terra Nova, voir en fin d’article)

La principale préoccupation des Français est l’emploi.
La montée du chômage est devenue l’indicateur central de la crise. C’est sur l’emploi que nos dirigeants politiques prennent leurs engagements les plus solennels. La transition numérique deviendra un objet d’attention pour les Français s’il devient apparent qu’entrer dans le nouveau paradigme, celui de l’économie numérique, permettra à nouveau de créer des emplois.
Le problème est que la transition numérique ne peut, en l’état actuel du débat, être présentée comme un remède au chômage.
Au contraire, le développement de l’économie numérique détruit des emplois. Les filières qui y ont déjà été confrontées l’ont donné à voir aux élus comme aux électeurs, parfois dans des conflits médiatisés. Les économistes confirment ce que tout le monde redoute : la majorité des emplois sont menacés à terme par la transition numérique de l’économie, en particulier par le développement spectaculaire de la robotique et de l’intelligence artificielle.
C’est pourquoi cette conclusion mérite d’être consacrée au renversement de cette perception négative.

la_richesse_des_nationsIl existe au moins quatre motifs pour lesquels l’économie numérique, en dépit des apparences, pourrait devenir à terme créatrice nette d’emplois.
L’économie numérique créera des emplois si des entreprises numériques grandissent depuis le territoire français et contribuent à y concentrer de la valeur ajoutée. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se passe : les emplois sont détruits ici du fait de l’irruption dans notre économie d’entreprises qui réalisent leur valeur ajoutée ailleurs. Dans cette configuration, l’effet multiplicateur du développement d’entreprises numériques ne peut s’exercer sur le territoire national.
L’économie numérique créera des emplois non qualifiés ou peu qualifiés plus encore que des emplois qualifiés.
Les entreprises numériques déploient en effet des infrastructures qui, demain, sous-tendront de nouveaux emplois. Elles inventeront ces emplois, formeront leurs collaborateurs qui seront les premiers à les occuper, révéleront la demande massive que ces emplois viennent satisfaire.
Les emplois restant à créer dans l’économie numérique ne sont pas des emplois qualifiés, ce sont des emplois moins qualifiés qui, grâce au numérique, créent la même valeur que les emplois qualifiés d’hier, mais pour beaucoup moins cher ce qui permet d’élargir considérablement l’offre et de la rendre accessible pour une demande aujourd’hui insatisfaite.
L’économie numérique créera ces emplois peu ou moyennement qualifiés si l’on abaisse les barrières réglementaires empêchant le développement d’activités massivement créatrices d’emplois.
Le chauffeur qui conduit des passagers en ville en étant guidé par son GPS, le technicien qui maintient les chaudières connectées à des infrastructures de cloud computing, l’infirmière qui pratique un diagnostic en lieu et place du médecin en étant assistée par une application spécialisée, le conseil juridique qui, sans être avocat, rédige des actes simples pour des clients en s’appuyant sur des outils et bases de données numériques : voilà autant d’emplois qui demandent moins de qualification dans l’économie numérique qu’ils n’en exigeaient dans l’économie traditionnelle.
La seule raison pour laquelle ils ne sont pas créés en masse pour répondre à une demande pourtant bien présente, c’est l’existence de barrières réglementaires à l’entrée des marchés concernés.
Enfin, l’économie numérique créera des emplois s’ils sont rendus soutenables pour ceux qui les exercent.
Détendre le marché immobilier – ou assurer les individus contre la difficulté à se loger – permettra aux travailleurs, même non qualifiés, de se loger plus près de leur lieu de travail. Mettre en place une assurance contre l’intermittence permettra de couvrir les risques associés à l’atomisation croissante de nos parcours professionnels. La multi-activité, le changement fréquent d’employeur, le travail indépendant et l’économie collaborative sont les nouvelles formes d’emplois appelées à se développer après la révolution numérique. Il faut y adapter les institutions de la protection sociale.
Toutes ces conditions constituent un défi en apparence insurmontable.
Mais seules ces mesures sont à la hauteur des enjeux de la crise que nous sommes en train de vivre : la transition d’un paradigme en extinction, celui de l’économie de masse, vers un autre qui émerge, celui de l’économie numérique.

> Pour en savoir plus, lire le rapport complet sur le site Terra Nova

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?