Now Reading
Cloud Hybride : intérêt pour les entreprises
0

Cloud Hybride : intérêt pour les entreprises

by Cloud Guru15 octobre 2014

Alain Garnier sera en ligne pour répondre à vos questions avec nos experts lors du CloudChat « Cloud hybride, choix pragmatique ou raisonné ? », le jeudi 16 octobre à 16h  #cloudavis. Il nous livre son point de vue sur le Cloud Hybride.

Partons de deux constats : d’une part les entreprises ont des données en internes, des systèmes « legacy » qui ne vont pas bouger demain… et d’autre part, les nouveaux usages, les nouveaux outils sont dans le Cloud (public). Voilà qui pose le décor.

Ensuite, on peut penser – comme parfois les DSI qu’on qualifie de « vieille »- que tout va rester en interne, et que l’ordre naturel des choses va revenir quand la mode du Cloud serra passée… Qui peut y croire ? Quand un responsable métier a des besoins forts, qu’on lui met la pression, qu’il trouve son bonheur dans une solution SaaS dans le Cloud… il va tout naturellement basculer vers le Cloud. Aucun DG ne l’arrêtera, vu les enjeux business. Aucun DAF ne l’arrêtera, vu les économies à court terme réalisées. Aucun utilisateur ne l’arrêtera vu la facilité et la rapidité de déploiement et de prise en main. Sans compter l’intérêt d’y accéder de n’importe ou. Dés lors qu’on a du réseau. Bref, comme en atteste la croissance des éditeurs 2013, c’est le Cloud et le SaaS qui tire l’ensemble du marché (cf http://www.saas-guru.com/le-saas-relais-de-croissance-des-editeurs-du-top-250/)

cloud_hybride

On peut aussi penser, que tout doit être dans le Cloud Public. Vraiment ? Qui paiera la migration d’applications critiques qui fonctionnent très bien et qui ont nécessité des années de mise au point ? Personne.  Il faut composer avec cette réalité. Il faut aussi se dire que des processus, industriels par exemple, resteront « in house » y compris pour des raisons de sécurité. De la même manière qu’un hôpital a un générateur d’électricité intégré.

Il faut donc composer avec cette nécessité d’hybrider les Clouds. Privé & public. Voilà déjà pour l’obligation.

Mais cela ouvre aussi des perspectives. D’abord pour les DSI. En effet, si on prend un exemple : le stockage. On sait combien il est compliqué et cher de maintenir du stockage pérenne et garanti. On peut alors imaginer un stockage primaire en Cloud privé et son extension de sauvegarde dans le Cloud Public. Les offreurs se battant sur les prix aujourd’hui, cela ouvre des perspectives  d’économies, et de réassurance pour les DSI.

Ou encore, l’hybridation de solutions. Comme par exemple, proposer un système collaboratif avec ses clients dans le Cloud public, et le relier à son CRM dans le Cloud interne. Permettant ainsi à la fois de bien séparer les systèmes, mais en offrant une continuité de service entre l’interne et l’externe.

L’hybridation provient du champ sémantique de la reproduction du vivant, qui permet de générer un être potentiellement meilleur que ces ascendants en lui conférant le meilleur de chacun. On ne peut être plus parlant pour le Cloud Hybride qui propose le meilleurs des deux mondes aux entreprises : l’ouverture et la propriété. Attention toutefois à ne pas engendrer des « monstres ». C’est tout l’enjeu de la maitrise des urbanistes des DSI que de poser les bonnes limites & usages de cette hybridation.

Cloudchat « Cloud Hybride »

Alain Garnier sera en ligne pour répondre à vos questions avec nos experts lors du CloudChat « Cloud hybride, Choix pragmatique ou raisonné ? », le jeudi 16 octobre à 16h  #cloudavis

Alain Garnier
Multi-entrepreneur, co-fondateur de Jamespot et conférencier sur le domaine du numérique, Alain Garnier est expert en réseaux sociaux. Il est auteur d’un ouvrage sur le sujet, « Le réseau social d’entreprise » (éditions Hermès-Lavoisier).

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?