Now Reading
Cloud hybride : 2017, une année charnière
0

Cloud hybride : 2017, une année charnière

by Cloud Guru29 novembre 2017

Une Interview d’Hugues Valentin, Directeur IT Consulting (Infrastructures Informatiques) chez NEURONES.

CG : Quelle est la place du cloud hybride dans l’offre NEURONES ?

HV : Le groupe est présent dans le cloud privé depuis 10 ans et héberge aujourd’hui 17 000 serveurs virtuels dans ses infrastructures cloud. Puis, depuis 5 ans environ, NEURONES a conseillé puis assisté ses clients dans l’usage des clouds publics pour certaines de leurs applications. Aujourd’hui, le marché et les offres sont matures. Les décideurs souhaitent avoir le meilleur des deux mondes : «consommer» des services disponibles chez les grands opérateurs, mais aussi garder une capacité de production sécurisée avec des acteurs français. L’offre de cloud hybride de NEURONES combine les savoir-faire sur les deux types de clouds, privé et public, et s’appuie sur une expérience de plusieurs années.

CG : Quelle est la proportion souhaitée entre cloud privé et cloud public ?

HV : La proportion est souvent proche des standards actuels du marché, aux alentours de 80 % pour le cloud privé et 20 % pour le cloud public. Mais depuis 2016, les projets concernent des environnements plus massifs. Pour certaines sociétés, la proportion entre cloud privé et public est en train de s’inverser. Les 80% concernent alors ce qui peut être basculé dans le cloud public. Dans cette période, NEURONES accompagne ses clients dans cette voie du changement et adapte en conséquence ses modèles économiques et ses offres.

CG : Avez-vous des exemples de clients illustrant cette transition ?

HV : Les cas d’usage que l’on observe actuellement sont des fins de cycle sur des centres de données, des renouvellements et un besoin de plus de souplesse et d’agilité. Par exemple, pour une banque française, NEURONES a déployé une plateforme de gestion de terminaux mobiles sur Microsoft Azure. Il y avait un impératif de délai et de coût, l’enjeu étant de gagner en flexibilité, en résilience, de bien gérer l’accès Internet et la rapidité. Le groupe a installé des plateformes disponibles dès le mois suivant, ce qui a répondu pleinement à la demande. Autre exemple, celui de cette société française opérant sur le marché du bois en Afrique. Dans une logique de transformation digitale, elle souhaitait disposer rapidement de services et être plus agile. L’objectif était de pouvoir décider, tester immédiatement et pouvoir mettre un terme au projet, le cas échéant. Avec le cloud hybride, les cycles sont réduits par rapport à un investissement dans un centre de données possédé en propre. On passe parfois de quelques mois (temps nécessaire pour installer des machines physiques) à une journée pour mettre la puissance à disposition. Les priorités sont souvent : les délais, la souplesse et la possibilité de consommer des services plus évolués, l’ensemble permettant une optimisation des coûts.

CG : Comment procédez-vous ?

HV : NEURONES est en capacité de faire du sur-mesure avec un certain nombre de spécificités et d’offrir souplesse et agilité avec l’hybridation. Tout en assurant un service « à la carte » d’accompagnement dans cette transformation. À cette fin, depuis plusieurs années, ont été développés des partenariats avec certains grands acteurs, tels Microsoft Azure, Amazon Web Services ou le français OVH.

CG : Quels sont les avantages qu’apporte NEURONES ?

HV : Le groupe accompagne les Directions des Systèmes d’Information dans l’élaboration d’architectures efficientes, puis les opère, les maintient et les fait évoluer. NEURONES assiste également ses clients autour de l’outillage complémentaire. Nos interlocuteurs parlent de plus en plus de leur secteur d’activité, de digitalisation, de transformation. Le groupe essaye donc d’apporter toute la souplesse nécessaire. Cela ne concerne pas seulement la technique, mais aussi les hommes et le savoir-faire, transformation que NEURONES s’applique à elle-même tout en la mettant à leur disposition.

CG : Comment se passe justement cette « révolution » interne ?

HV : Tous les clients parlent désormais d’innovation. NEURONES doit être en capacité de l’analyser et de la comprendre, pour les accompagner. Ils peuvent parfois demander à utiliser un nouveau service d’un grand fournisseur, par exemple Amazon, avant même qu’il ne soit réellement disponible ! Le groupe doit être en mesure de suivre ce rythme, ses collaborateurs restant en veille permanente et observant sans cesse le marché et les services disponibles, pour continuer à servir les clients. Un vrai challenge pour nos équipes, notamment pour les plus jeunes, mais aussi une source de motivation !

 

Pour en savoir plus :

> Le site de Neurones

> Le site Neurones IT

 

Pour nous contacter sur ce sujet :

Vos nom et prénom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre téléphone (facultatif)

Votre entreprise (obligatoire)

Votre demande

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?