Now Reading
Cloud Computing : le pour et le contre
0

Cloud Computing : le pour et le contre

by Cloud Guru26 mai 2014

Partout où l’on pose les yeux, on parle du Cloud Computing. Il arrive. Il est là. Vous en avez besoin. Si vous ne profitez pas des avantages qu’il offre, vous risquez de rester sur le quai. Certaines personnes pensent que c’est notre avenir. Elles considèrent l’explosion de l’informatique mobile comme un catalyseur du Cloud Computing. Elles parlent de la croissance des applications et des développeurs nés dans le cloud.

D’autres le considèrent comme un élément du cycle de vie de la technologie de l’information, sorte de mode qui finira bien par passer. Elles pointent le doigt sur ce qu’elles voient comme des problèmes potentiels au niveau des performances, ainsi que sur les soucis liés à la sécurité d’une infrastructure partagée.

Cette hyper médiatisation est-elle justifiée ? Ou bien le Cloud Computing est-il juste une nouvelle lubie qui devrait disparaître d’ici un an ou deux ?

Alors que je réfléchissais à la question, je me suis dit qu’il pouvait être utile d’établir ma liste des avantages et des inconvénients du Cloud Computing.

Cloud-Computing

Cloud Computing : le pour

Le Cloud Computing permet de se concentrer sur son activité plutôt que sur la gestion de centres de données. Dans la plupart des métiers, les centres de données ne sont pas au coeur des préoccupations. De ce fait, l’utilisation du Cloud Computing libère le personnel informatique qui, au lieu de s’occuper du centre de données, peut se concentrer sur le développement d’applications ayant une valeur métier.

En optimisant les capacités d’élasticité de l’infrastructure sous forme de services (IaaS), votre infrastructure informatique peut croître de façon à prendre en charge une demande accrue.

Vous pouvez développer plus rapidement de nouvelles applications.

L’optimisation de la plateforme sous forme de services (PaaS) permettra à votre société de mettre au point un produit ou une nouvelle application, de mettre à disposition l’infrastructure et de développer la nouvelle application bien plus rapidement que par le passé.

L’optimisation de l’interface de programme d’application de votre fournisseur de cloud peut vous permettre d’automatiser bon nombre de vos tâches de fonctionnement.

Les interfaces de programme d’application (API) proposées par le fournisseur de cloud représentent une part importante du passage à un modèle DevOps. Les API peuvent être utilisées pour automatiser les opérations de mise à disposition, de surveillance et de mise à l’échelle. En utilisant l’API de votre fournisseur de cloud, vous pouvez accéder à la plupart, sinon la totalité, des fonctionnalités disponibles sur votre console. Selon SoftLayer, société IBM, l’API constitue la base de toute action réalisée au sein de son environnement. Dans un premier temps, des méthodes API sont développées, puis elles sont utilisées pour construire les fonctionnalités requises dans le portail.

Le Cloud Computing est évolutif.

En optimisant l’infrastructure sous forme de services (IaaS), vous pouvez rapidement construire une nouvelle infrastructure destinée à prendre en charge de nouvelles applications. Dans la mesure où votre application est correctement structurée, au fur et à mesure de l’augmentation de la charge supportée par votre application, vous pouvez effectuer une mise à l’échelle horizontale en mettant de nouveaux serveurs à disposition. Si vous avez besoin d’augmenter la taille de vos serveurs pour supporter des charges qui ne peuvent pas être mises à l’échelle horizontalement, vous pouvez mettre à disposition des serveurs plus gros pour prendre en charge la demande accrue.

Du point de vue financier, le Cloud Computing prend tout son sens.

La location de votre infrastructure peut être parfaitement justifiée financièrement. Le modèle du paiement « à la carte » (PAYG) s’avère particulièrement séduisant quand on dispose d’une trésorerie limitée, comme c’est le cas des PME ou des startups.

Aucun investissement en capital n’est requis. Vous pouvez expliquer vos dépenses informatiques en tant que dépenses de fonctionnement. En outre, si votre infrastructure vieillit, vous n’avez plus besoin de vous procurer de nouveau matériel pour remplacer l’ancien. Il vous suffit de provisionner de nouveaux serveurs pour remplacer le matériel vieillissant.

Le Cloud Computing permet de développer votre présence à l’international.

Le Cloud Computing permet de rapidement étendre votre présence à l’international. SoftLayer dispose de centres de données et de points de présence (POP) dans le monde entier. Chacun de ces centres de données dispose d’une connexion fibre haut débit qui vous permet de coordonner votre infrastructure globale.

Cloud Computing : le contre

Les performances au niveau de l’infrastructure partagée peuvent être inégales.

Il est évident que, lorsque vous partagez une infrastructure avec d’autres, vous risquez d’être impacté par des voisins « bruyants ». Les performances au niveau de l’infrastructure partagée peuvent être inégales. Avec SoftLayer, vous disposez de solutions pour atténuer ce problème. SoftLayer vous propose de disposer de serveurs cloud privés ou de serveurs nus (bare metal) dédiés, ce afin de limiter les problèmes de performance.

Les gens s’imaginent que l’infrastructure cloud n’est pas sécurisée.

Votre infrastructure cloud est aussi sécurisée que vous le décidez. Pour vous aider à sécuriser vos solutions, SoftLayer propose des pare-feu, passerelles réseau, antivirus et fonctions d’analyse de conformité aux normes de l’industrie. Les entreprises cherchent à transférer davantage de charges de travail dans le cloud, y compris les charges qui peuvent être réglementées, notamment des applications gérant les informations d’identification du personnel, les informations financières ou les informations liées à la santé.

Chez IBM, nous comprenons ces exigences et savons mettre au point des solutions régies par des réglementations spécifiques.

Le Cloud Computing ne convient pas forcément à toutes les charges de travail.

Toutes les charges de travail ne sont pas prêtes pour le cloud. Certaines nécessitent des exigences en matière de performance et de sécurité bien spécifiques. Vous devez soigneusement évaluer vos charges de travail afin de déterminer si le cloud est la solution qui convient.

SoftLayer propose des solutions pour des charges de travail spécifiques, y compris l’informatique haute performance, les big data, ou les charges de travail réglementées telles que la loi sur la santé et l’assurance maladie (HIPAA).

Etes-vous d’accord avec ma réflexion sur le pour et le contre du Cloud Computing ? Donnez-moi votre avis dans la zone de commentaire ci-dessous ou sur Twitter @FRBauerle.

Franck Bauerle
Frank Bauerle est architecte en distribution de plateforme SaaS qui travaille avec et sert de lien entre des équipes de distribution SaaS et cloud. Son rôle consiste à faciliter la transition et la migration de plateformes SaaS à partir d’environnements hébergés traditionnels vers des modèles de distribution centrés cloud. Il a fait partie des « évangélistes » du Cloud Computing et de SoftLayer au sein des différentes organisations IBM.

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?