Now Reading
Ce qu’ils veulent c’est du DevOps, pas de l’IaaS !
0

Ce qu’ils veulent c’est du DevOps, pas de l’IaaS !

by Cloud Guru17 octobre 2014

Les habitudes ont la vie dure. Les nombreux projets de Cloud sur lesquels j’ai travaillé ces dernières années ont une constante : ils sont pilotés par le département IT sous la pression des lignes métiers qui demandent de faire mieux pour moins cher.

En organisations habituées à produire et gérer de l’infrastructure, ces demandes sont comprises par l’IT comme la demande de mettre en place du serveur pour moins cher. Les projets de Cloud ressemblent alors furieusement à des projets de consolidation et de virtualisation exposés sous forme de catalogue de service IaaS. Les plus visionnaires commencent à remettre en question leurs modes opérationnels, voire le positionnement de l’IT vis-à-vis du métier, mais ça reste l’exception.

Or, quand par chance je peux avoir des représentants des lignes métier devant moi, je m’aperçois à chaque fois que le vrai besoin n’est pas temps de faire mieux pour moins cher mais de faire de façon plus flexible et surtout en apportant plus de valeur aux métiers.

Pour une ligne métier qui développe ses propres applications (typiquement sur une filière J2EE), l’IaaS n’a que peu d’intérêt. Ce qu’ils veulent c’est à minima du PaaS, entendu ici comme la mise à disposition « as a service » des middleware utilisés avec, bien sûr, toutes les bonnes pratiques développées au cours des ans (topologies, configurations, personnalisations,…).

Si je creuse un peu plus, je m’aperçois que le besoin n’est pas tant «le middleware que j’utilise as a service » mais plutôt « mon application que je développe as a service » pour des besoins de tests unitaires, d’intégration, de tests de performance, etc…Le Cloud n’est alors plus qu’un moyen que l’on utilise de façon quasi-transparente au sein des usines de développement.

C’est une conversation complètement différente de la conversation initiale avec l’IT. Vu du métier, le Cloud n’est pas là pour fournir des infrastructures mais est utilisé pour fournir de la flexibilité à des processus de développements. On entre dans des démarches dites « DevOps ».

La valeur d’un projet de Cloud est alors beaucoup plus grande pour l’entreprise et sa justification plus facile. En effet le Cloud abordé sous cet angle permet de revisiter profondément la valeur offerte par l’IT et permet aux métiers de se réinventer : on le comprend aisément lorsqu’on voit qu’une application se déploie alors en 2h30 plutôt qu’en 8 mois (voir Pousser le Cloud privé au bout de sa logique ).

On peut résumer la progression de valeur du Cloud privé pour l’entreprise sous la forme :

article4_1

Cette progression de valeur est de mieux en mieux comprise et le « mindshare » DevOps gagne du terrain. J’en veux pour preuve que dans un grand groupe industriel français que je visitais récemment à propos d’un projet de transformation autour du Cloud, les directives utilisaient du vocabulaire issu du monde DevOps. Qui plus est, les directives provenaient de la direction générale et non de la DSI !

Dominique Lacassagne
Dominique est responsable technique du Cloud pour la division logicielle d’IBM France. A ce titre il a participé à de nombreux projets de Cloud dans différentes industries et a développé une expertise sur la transformation du datacentre. Il a quinze ans d’expérience dans les métiers de l’IT au sein de startups et de grandes entreprises. Son expérience de la production informatique lui permet d’appréhender avec pragmatisme les opportunités apportées par les nouvelles technologies et d’en tirer au mieux les bénéfices. Il a participé aux travaux de normalisation du Cloud.

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?