Now Reading
Big Data : les français prêts à partager leurs données santé
0

Big Data : les français prêts à partager leurs données santé

by Cloud Guru15 novembre 2017

Le Healthcare Data Institute publie les résultats d’une étude réalisée pour Odoxa portant sur les usagers français et leur rapport avec les données concernant leur santé.

Selon cette étude, près des trois quarts d’entre eux (72 %) jugent que les données de santé des citoyens et patients, comme le poids, le nombre de pas, les analyses de sang ou encore le taux de cholestérol, peuvent  permettre  de  faire  avancer  la  recherche  médicale  et  d’améliorer  la  santé  de  tous.  Plus sensibilisés aux questions de santé, les 65 ans et plus sont ceux qui croient le plus en ce potentiel (81 %).

3 principales raisons pour accepter le partage des données santé

En première position, 84 % des Français estiment que les données de santé devraient être partagées pour permettre d’améliorer les diagnostics et les traitements médicaux. En deuxième position, avec seulement 1 point  d’écart, le partage des données pourrait aider à améliorer la qualité et la coordination des prises en charge et de notre système de soins (pour 83 % d’entre eux). Enfin, 80 % des Français pensent que ce partage permettrait de mesurer la performance des acteurs de soins ou des produits de santé pour améliorer la qualité des soins prodigués.

Les Français ne sont pas simplement favorables au partage des données de santé. Ils indiquent très clairement être prêts à le faire avec leurs propres données.  Ainsi, 83 % d’entre eux déclarent qu’ils pourraient le faire si cela répondait à certains objectifs.
Plus  précisément: 53  %  d’entre  eux  seraient  prêts  à  le  faire  si  c’est  pour  améliorer  les  diagnostics  et  les traitements médicaux, et 52 % si c’est pour faire progresser plus rapidement la recherche médicale.

Dans ce cadre, 3 conditions tiennent à cœur aux Français, et ce avec quasiment la même prévalence :
52 % des Français les partageraient à condition de savoir à quelles fins elles seront potentiellement utilisées, 51 % de savoir exactement à qui leurs données seront transmises (hôpitaux, universités, laboratoires, fondations, etc.), et, 50 % de pouvoir faire valoir leur droit d’opposition à tout moment.

 

Pour en savoir plus :
> Les résultats de l’étude ODOXA

Pour nous contacter sur ce sujet :

Vos nom et prénom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre téléphone (facultatif)

Votre entreprise (obligatoire)

Votre demande

{lang: 'fr'}
About The Author
Cloud Guru

Vous souhaitez réagir sur cet article ?